Soldats huguenots à la bataille de Coutras (gravure)

Auger Gaillard n'est pas un poète de cour... Vous ne trouverez pas sous sa plume des images ciselées à la Ronsard. C'est un jeune homme emporté par le tourbillon de l'Histoire qui s'est engagé dans un combat dont il a perçu rapidement le caractère absurde et cruel : "se la trompeto souno, o vostre tabouri, vous cal ana partout, quan vous deuriats mouri." Sa dénonciation de la guerre et ses appels à la tolérance en sont d'autant plus émouvants.

Auger, c'est un bon vivant, "frian coumo un gatou", qui célèbre les plaisirs simples de la vie au risque de déplaire aux docteurs de la foi. Auger, C'est un homme du peuple qui veut s'élever par la poésie ; et même s'il cède parfois à la facilité, il travaille sa poésie en bon artisan : "mas un jour, quant auray lezé, la limarey un pauc millou, que vous endourmirez al sou". Sa soif de reconnaissance et sa chasse aux subsides peuvent paraître dérisoires, mais il ne cache rien de sa condition et il sait faire preuve à l'occasion d'humour et d'auto-dérision. "Nou direy pus mal de la guerro, car ieu y fasio bouno chiero, et l'on m'appelavo "Mosur", aros l'on m'appello "trompur" ... >>
>> En définitive, Auger nous touche parce qu'il a mis sa vie en vers, tout simplement. En lisant ses poèmes, on pense irrésistiblement à un de ses contemporains, Blaise de Monluc. Tout oppose les deux hommes : le rang, la religion, la notoriété. L'histoire et la toponymie les ont fait d'ailleurs se croiser symboliquement : Monluc a assiégé Rabastens, mais ... il s'agit de Rabastens de Bigorre. Il en a fait massacrer les défenseurs pour se venger d'une blessure reçue au combat. Tout oppose Auger Gaillard et Monluc, y compris le sens de l'humain. Raison de plus pour inscrire les vers d'Auger en contrepoint de la prose du chef de guerre.

scène d'imprimerie

Les livres d'Auger Gaillard

Las Obros (1579) : c'est son premier livre; il a été imprimé clandestinement à Montauban. Un seul exemplaire subsiste à ce jour. "Las Obros" comprend 49 poésies, 40 en langue d'oc et 9 en français.

Lou Libre Gras (1581) : c'est le deuxième ouvrage d'Auger Gaillard. Aucun exemplaire ne nous est parvenu. Le livre est connu grâce à son interdiction par le consistoire protestant de Montauban, qui lui reprochait d'être "plein de libelles diffamatoires, de paroles sales et autres, qui ne servoient qu'à escandalle plus tost que d'édification".

Recoumandatious (1582 ou 1583) : il ne reste que 2 exemplaires de ce petit recueil. Auger Gaillard y flatte sans mesure le roi et le duc de Joyeuse, afin d'obtenir des subsides pour financer l'impression de "Lou Banquet".

Lou Banquet (1583) : il s'agit de l'oeuvre majeure d'Auger Gaillard. Auger y reprend 25 poésies de Las Obros, 3 fragments du "Libre Gras" et l'intégralité des "Recoumandatious", auxquels il rajoute 88 pièces nouvelles (dont 9 en français). Ce livre a été imprimé clandestinement à Montauban. Auger y aborde tous les genres : demandes d'argent, flatteries à l'adresse de ses protecteurs, poésies gaillardes, satyres, récits ... "al cal banquet a bel cop de sortos de meises, per so que tout lou moun n'es pas d'un goust"

L'Apocalypse (1589) : livre imprimé à Pau. Le texte d'origine a été reconstitué à partir de fragments épars récupérés dans diverses bibliothèques (la poésie religieuse n'est pas le fort d'Auger Gaillard).

Description du chateau de Pau (1592) : ce texte a été perdu, il n'est connu que par ouï-dire.

Les amours prodigieuses (1592) : imprimé à Pau, ce livre est surtout un recueil de requêtes adressées à Catherine de Navarre.

Le cinquième livre (1593) : livre découvert en 1854 et reperdu à la fin du XIXe siècle. Nous n'en connaissons que les citations faites par ses découvreurs.

Bibliographie

Deux livres font autorité concernant Auger Gaillard

AUGER GAILLARD, oeuvres complètes (Ernest Nègre PUF 1970)

L'ouvrage de référence : une étude complète, de très grande qualité, sur laquelle s'appuie ce site.

POESIES d'Auger Gaillard (Gustave de Clausade 1843)

Le premier livre consacré à Auger Gaillard, par l'érudit rabastinois qui l'a redécouvert.

Textes choisis

Cliquez sur le titre des poèmes pour les afficher.

Ces poèmes et leur traduction (pour les poèmes en langue d'oc) sont extraits du livre "Auger Gaillard, oeuvres complètes" d'Ernest Nègre. Les traductions sont destinées à faciliter la compréhension des textes occitans : elles ne font l'objet d'aucune recherche poétique.

Ernest Nègre a respecté scrupuleusement la graphie d'origine : les textes en occitan sont écrits en dialecte albigeois de l'époque transcrit plus ou moins phonétiquement. La langue n'étant pas encore normalisée, l'orthographe est sujette à de nombreuses variations.

>> Consulter une édition originale

Il s'agit d'un exemplaire de "Lou Banquet" - édition de 1583 - conservé à la BNF (Bibliothèque Nationale de France).

Auger Gaillard, poète occitan de la Renaissance

L'oeuvre d'Auger Gaillard